Augé, village au charme provençal

Augé, village au charme provençal

Dans le sud, ça oui on s'y croirait...Peut être parce que le village d'Augé s'est niché à flanc de coteau, ou serait-ce ces petites ruelles aux vieilles pierres habillées de fleurs qui pourraient nous tromper...

Douceur de vivre

S'il est un village par lequel on a envie de s'arrêter pour se la couler douce c'est bien ici, à Augé. Petite cité médiévale, le village semble se blottir contre son église romane fortifiée.

On dirait le sud

On est d'abord séduit par ces petites ruelles sinueuses flanquées de murets en pierres sèches. En été, les plantes et les fleurs s'emparent du décor. Sur le sol de mystérieuses étoiles guident vos pas jusqu'à la rue de la Croisée et vous entraînent au pied d'escaliers anciens, aux allures toscanes.

En hauteur, l'âme du village

En passant devant une ancienne pompe à eau, on descend par la rue Mélusine. De là-haut le village révèle des jardins en terrasse qui s'étagent le long de la pente. S'élevant au dessus des plus hautes toitures des maisons le clocher de l'église semble vous faire de l’œil. Non loin, on distingue les tourelles du château de Champmargou.

auge2
auge3

Le lavoir du bourg

En redescendant, la rencontre avec le lavoir est inévitable. Rien n'y fait, on ne peut que se laisser bercer par son charme paisible et discret. Comme par petites touches, on y a placé des fleurs et des plantes aquatiques qui se reflètent dans l'eau.

L'église Saint Grégoire

En empruntant la ruelle Saint-Grégoire, on se retrouve nez à nez avec l'église au style gothique angevin. En pénétrant à l'intérieur, vous découvrirez le chœur qui conserve encore quelques traces de peinture murale. Daté en partie du XIème siècle, l'édifice achève en beauté votre visite.

 

Le saviez-vous ?

A Augé, lors de la seconde guerre mondiale, un convoi allemand fut attaqué en août 1944. En représailles, une partie de l’église fut incendiée par les troupes ennemies et quelques habitants furent pris en otage. Contre toute attente, le médecin de la commune se décida à soigner aussi les blessés allemands. En signe de reconnaissance, les otages furent libérés.

Partagez cette page !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux