Terres de légendes

Terres de légendes

Au fil de la Sèvre niortaise, laissez-vous conter les histoires merveilleuses qui peuplent notre territoire

 

 Le Puits d'enfer

Il existe un endroit où jadis, un brave paysan tenta de traverser le ruisseau du Puits d'enfer au dessus d'une chute où des eaux tumultueuses boulonnaient. Sans mégarde, le paysan attela ses bêtes et chargea ses récoltes de l'autre côté. Au retour, l'un des bœufs glissa sur une pierre entraînant avec lui le chargement et le pauvre paysan dans le gouffre du puits d'enfer. Personne ne le revit jamais plus.

La Pierre au Diable de la forêt de l'Hermitain

On raconte qu'à la nuit tombée le Diable, en personne, se plaisait à dormir à la belle étoile au cœur de la forêt de l'Hermitain. Il avait pour coussin une pierre dont l'empreinte de sa tête est encore visible aujourd'hui. Un jour la fée Mélusine vint à sa rencontre et se moqua de lui. Furieux il se réfugia près de la pierre où il avait l'habitude de dormir et de fureur raya le rocher. Saurez vous retrouver la marque de sa colère que l'on appelle aujourd'hui les « Griffes du Diable » ?

Le Mont Alaric

Remontons le temps jusqu'en 507 où une bataille fit rage entre deux rois, Clovis et Alaric II roi des Wisigoths. Parés de leurs plus beaux atours les deux hommes luttent sans merci. Alaric II, tête tranchée succombe sous les coups du roi des Francs. Empreints d'une grande tristesse, on raconte que ses soldats, en voulant offrir une sépulture digne de leur roi, vidèrent leur casque de terre sur sa dépouille formant ainsi une grande butte aux portes de Nanteuil que l'on appelle aujourd’hui le Mont Alaric.

La légende de Sainte-Néomaye

Jeune bergère, Néomaye est connue pour avoir implorer le ciel en faveur de son troupeau souffrant de la soif. C'est alors qu'en frappant le sol de sa houlette, elle fit jaillir une source que l'on appelle encore aujourd'hui la Fontaine de Madame.

La légende de Saint-Carlais

L'histoire débute entre deux lingères qui décident de se rendre au lavoir de Saint-Carlais à La Crèche, là où l'eau est la plus claire. La première levée viendra chercher l'autre à l'aube. L'une d'elle entend l'appel et s'élance avec son linge jusqu'au lavoir. C'est alors qu'elle aperçoit un être fantomatique vêtu de rouge qui lui murmure : « Guenille, guenillon, prête moi ton savon pour savonner mes fonds. Si tu n'avais l'herbe d'armise (plante protectrice contre les maléfices), entre ta peau et ta chemise, elle serait belle l'entreprise ! » La pauvre jeune fille apeurée meurt juste après avoir conté sa rencontre peu banale.

Mélusine

Il paraît que Mélusine, la fée aquatique, se plaît à musarder le long de la Sèvre. Elle s'entoure parfois d'un épais brouillard et s'endort sous le pont de Bédans à Azay-le-Brûlé.

 

Partagez cette page !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux